Communauté de paroisses Sainte-Hélène du Hérapel

11 - Novembre 2019

samedi 26 octobre 2019 par Jacky

La Toussaint, fête des parfaits ? Pas du tout.
La Toussaint est la fête des sauvés !

« Heureux les pauvres de cœur, …Heureux les doux, …Heureux ceux qui pleurent, … Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, … Heureux les miséricordieux, … Heureux les cœurs purs, … Heureux les artisans de paix, … Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, … Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute ou si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! » (Mt 5,1-12)

Les Béatitudes, proposées dans l’Evangile de la Toussaint, nous annoncent un bonheur à venir, mais aussi un bonheur déjà présent ; un bonheur à venir comme le fruit d’un bonheur et d’un engagement au présent, dans le quotidien de notre vie. Il s’agit de déserter le rang de ceux qui cherchent le profit par-dessus tout, les petites glorioles, les avantages de ce monde : c’est cela avoir une âme de pauvre. Et cela nous fait nous mobiliser tout de suite, pour la cause des pauvres, pour la cause de la paix, pour le règne de la justice. Heureux les doux, ceux qui ne veulent pas rendre les gens vertueux par force. Heureux ceux qui sont du côté des victimes et non des persécuteurs.
Espérance pour demain ? D’accord. Mais au prix d’un choix dans notre manière d’être présents au monde dès aujourd’hui. Nous demandons d’être libérés du mal (dans le « Notre Père ») mais cela ne nous autorise pas à nous résigner au mal, à tout ce qui détruit l’homme, il s’agit de le combattre.
La Toussaint, est donc la fête de l’espérance. Tous ces hommes du passé nous révèlent notre avenir. Là où ils sont, nous irons, allégés de nos étroitesses, libérés de nos problèmes.
Avec tous les hommes qui nous ont précédés, avec tous les hommes de l’avenir, nous ne formons qu’un seul corps. Cela va loin, la « communion des saints », cette solidarité, qui a pour origine la charité et le pardon. Cette solidarité inclut tous les « pécheurs », criminels, persécuteurs … donc, nous également, car nous aussi nous participons au péché du monde.
La réussite individuelle de tous les saints, dont les noms nous sont donnés en exemple, s’inscrit dans un paysage plus large : dans la réussite de l’humanité tout entière, car tous les hommes sont « récapitulés », rassemblés dans le Christ. C’est ainsi que la Toussaint, et puis la fête du Christ Roi qui suit immédiatement cette fête, termine l’année liturgique, comme une conclusion de la vie terrestre, comme un aboutissement de l’homme.
Fête du salut, Toussaint ne signifie pas la fête des parfaits - heureusement pour nous - mais la fête des sauvés !
Joyeuse Fête de Toussaint à toutes et à tous !

Abbé Gérard
En allant sur vos tombes, prenez le temps de faire silence. Ne doutez pas que vos défunts sont vivants. Dieu n’a pas triché avec la mort : son Fils en a fait l’expérience. Elle est un passage obligé pour tout homme. Alors vous pourrez écouter ce que vous disent vos défunts. Certes, ils vous disent merci pour les chrysanthèmes, parce que ces fleurs sont le signe de votre attachement. Mais ils vous disent aussi : priez pour nous et avec nous, n’oubliez pas que la communion des saints traverse le mur de la mort. Ils vous disent surtout : retrouvez le sens profond de votre vie, vous êtes des saints en puissance. Vous avez en vous une capacité de progrès qui ne demande qu’à se réaliser. Le meilleur de vous, c’est votre intériorité. De grâce, tenez-en compte.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 4978

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site A - Le mot du curé   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License