Communauté de paroisses Sainte-Hélène du Hérapel

12 - Décembre 2019

samedi 30 novembre 2019 par Jacky

Noël : un cri dans la nuit !

Une nuit comme les autres, une nuit d’hiver avec une petite bise froide qui accroche aux arbres des perles de givre. Une à une, les lumières des maisons s’éteignent aux alentours. Seule, sur la colline, la lueur mourante d’un feu de braise : des bergers, à demi-endormis. Et pourtant, une nuit tellement différente des autres. Le vent d’hiver a chassé les nuages. Et les étoiles brillent d’un éclat renouvelé comme si les anges les avaient redorées. Des étoiles qui se sont penchées au balcon du ciel, curieuses, comme si un événement important allait se passer. Et c’est vrai, c’est la nuit la plus importante de l’histoire, la grande nuit de Noël, la nuit de la venue de Dieu sur la terre des hommes.
Seigneur, c’est donc au cœur de la nuit que tu viens chez les hommes. Ce n’est pas dans le tintamarre des grands magasins, mais dans le calme d’un monde endormi.
Ce n’est pas dans les flons-flons des fêtes d’un réveillon, mais dans le silence.
Seigneur, si mon cœur est dans la nuit, si souvent ce qui l’habite, c’est la solitude, l’incompréhension de mes proches, le poids de mes péchés, et parfois, aussi, l’impression que tu m’abandonnes…

Alors, si c’est dans la nuit que tu viens, peut-être viendras-tu, ce soir, au cœur de mes ténèbres, pour une nuit qui sera pour moi la plus douce des nuits.
Soudain, un cri dans la nuit, le cri d’un enfant qui remplit ses poumons tout neufs d’un air froid et piquant. Un cri qui n’a réveillé personne. On entend de l’eau qui coule d’un broc dans une bassine. On perçoit à peine le baiser que Joseph dépose sur le front de Marie. C’est tout … Dieu est né. C’est aussi simple que cela.
Seigneur, ce cri d’enfant qui n’a réveillé personne va pourtant bousculer le monde, résonner jusqu’aux extrémités de la terre et du temps. Trouvera-t-il ce soir un écho en mon cœur ? Viendra-t-il réveiller le fils de Dieu qui sommeille en moi depuis mon baptême ? Ouvrirai-je à deux battants les portes de mon étable pour qu’elle devienne palais d’un roi ?
Nous tous, plus ou moins fragilisés par la vie,
Regardons cet enfant : qui est plus fragile que lui ?
Regardons bien cet enfant : qui est plus fort que lui ?
Accueillons sa force. Essayons d’aimer comme lui.

Joyeux Noël à toutes et à tous !

Abbé Gérard

Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 4978

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site A - Le mot du curé   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License